Suivez-nous : Facebook Twitter Google Plus

La station de radioastronomie de Nançay


La station de radioastronomie de Nançay est un site d’observation doublé d’un laboratoire instrumental dépendant de l’Observatoire de Paris dont elle est un département et de l’Université d’Orléans, CNRS/INSU dont elle est l’une des unités de recherche. Elle rassemble des instruments ainsi que les moyens humains et compétences techniques associées nécessaire au développement de la radioastronomie tant au niveau national qu’international. Elle est ainsi spécialisée dans l’observation et le développement d’instruments d’observations pour l’étude des ondes radio émises par les astres dans une gamme s’étendant de 30 MHz à 10 GHz.

Il s’agit d’une structure distincte du Pôle des Etoiles de Nançay dont l’une des vocations est de la faire découvrir au grand public.

Le témoignage des grands projets scientifiques d’après guerre

Créé en 1953, à l’initiative de Jean-Louis Steinberg, Jean-François Denisse et Emile Jacques Blum – appuyés par Yves Rocard -, la station de radioastronomie fait partie des grands projets initiés après la seconde guerre mondiale afin de redonner à la France un rôle de premier plan sur la scène scientifique internationale. Elle témoigne de la volonté d’une poignée d’ingénieurs et chercheurs travaillant à l’Ecole Normale Supérieure et à l’Observatoire de Paris, d’explorer un volet de l’astronomie en plein essor grâce aux progrès technologiques réalisés durant la seconde guerre mondiale. Aventure qui les mènera du toit du laboratoire de physique de l’ENS jusqu’à un village solognot après un détour par Marcoussis et qui marquera les debuts de la « Big science » en France.

Des instruments colossaux nécessitant un savoir faire particulier

L’achat de 150 hectares de terrain par l’ENS en 1953, répondait à la nécessite de construire de nouveaux instruments aux dimensions gigantesques. Au fil des années, se sont ainsi quatre instruments majeurs qui ont vu le jour sur le site :

  • Le radiohéliographe et ses deux rangées d’antennes de 3,2km et 2,44 km.
  • Le grand radiotélescope décimétrique et son miroir sphérique de 300 m par 35 m.
  • Le réseau décamétrique et ses 144 antennes hélicoïdales de plus de 9 mètres de hauteur.
  • Le réseau LOFAR et ses près de 50000 antennes réparties à travers l’Europe.

Tous encore en fonctionnement. Au coeur de ce site d’exception, le rôle des ingénieurs et techniciens de la station réside dans la maintenance, l’amélioration et le développement des instruments ainsi que dans la mise en oeuvre des observations qui permettent ensuite aux chercheurs d’appréhender les mécanismes à l’oeuvre dans notre Univers.

Des thématiques de recherche actuelles

Le site bien que riche d’une histoire de plus de 60 ans est résolument tourné vers l’avenir. En témoignent son implication dans les futurs grands projets internationaux tels que le développement du radiotélescope SKA, mais aussi les thématiques de recherche qu’il permet d’explorer. Ondes gravitationnelles, étude du champ magnétique de Jupiter, étude de la couronne solaire, étude des rayonnements cosmiques d’ultra haute énergie, météorologie solaire sont au cœur des analyses menées à partir des données récoltées à Nançay.

Pour en savoir +.

Parlez du Pôle des étoiles à vos amis, partagez cette page !

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies J'accepte