Suivez-nous : Facebook Twitter Google Plus

Un Lion au printemps


Classé dans : Etoiles & Constellations Toutes les nouvelles du ciel

Dans la plaine à l’herbe bleue nuit qu’est le ciel nocturne, le roi des animaux, sa majesté le Lion est couché, tel le sphinx des égyptiens et sa tête à la crinière ponctuée d’étoiles, est orientée vers l’Ouest. Sixième constellation du zodiaque*, elle est localisée sur l’écliptique, cette ligne imaginaire que suivent le Soleil et les planètes. Son large astérisme domine le ciel du printemps. Elle était déjà connue en Mésopotamie, il y a plus de 5000 ans avant notre ère et à cette époque, le Soleil se tenait dans le lion au solstice d’été ce qui pour les peuples anciens était l’expression symbolique du pouvoir suprême du Dieu Soleil

Un Lion mal aimé

Selon la mythologie grecque, cette constellation représente le fameux Lion de Némée*, animal terrifiant et prétendument invulnérable que le Héros Héraclès (Hercule), étouffa à la seule force de ses bras puis qu’il écorcha en utilisant les propres griffes du fauve terrassé. Plus tard, le lion fut mis au nombre des constellations par Zeus afin de perpétuer l’exploit d’Héraclès.

Le Lion, riche de 4 étoiles brillantes

Pour repérer la constellation du Lion, recherchez d’abord celle de la Grande Casserole (La Grande Ourse) et portez votre regard bien en dessous de ses deux étoiles qui forment le fond du récipient.

À cet endroit, 4 étoiles plus brillantes que celles qui les entourent, dessinent le profil de son corps et son arrière train. L’étoile Dénébola , seconde étoile la plus brillante délimite son épaule et un point de sa crinière. Algieba est une étoile binaire, c’est-à-dire qu’elle est composée de deux étoiles orbitant autour d’un centre de gravité commun et qui furent  formées ensemble dans un système par les lois de la gravitation. Mais si ces étoiles sont compagnes, la distance qui les sépare représente quatre fois la distance qu’il y a entre celle du Soleil et de la Planète Pluton, soit 470 Unités Astronomiques*! Les composantes couleurs « orange-rouge » et « jaune-jaune verdâtre » de chacune d’elles ne sont visibles qu’au travers d’un télescope et uniquement si les conditions atmosphériques sont favorables. D’autre part, ces deux étoiles auraient cessé de brûler ’hydrogène en hélium et leur cœur aurait enflé, faisant d’elles ce qu’on appelle des étoiles géantes.

Moins brillantes, l’étoile Chertan (Coxa en latin) représente sa patte arrière repliée contre son ventre et l’étoile Al Jabbah pointe le haut de son poitrail. Lorsque les conditions sont bonnes, la tête du Lion et sa crinière sont parfaitement visibles. Au-dessus de l’étoile Al Gieba un demi-cercle se dessine à l’ouest avec les étoiles Aldhafera (la boucle en Arabe), Ras Elased Borealis(ou Rasales) (les sourcils en arabe) et Ras Elased Australis ,(la tête du Lion en arabe). En ajoutant les étoiles Algiaba, Al Jabbah et Regulus à ce demi-cercle, l’on peut imaginer une faucille, (et l’interpréter comme rappel de l’été proche et de la moisson) ou même un point d’interrogation inversé dont le point serait l’étoile Regulus. Quant à la constellation dans son entier, libre à vous d’imaginer la forme d’un fer à repasser, d’une tondeuse à gazon et même d’une souris si vous êtes habitant de l’hémisphère Sud ou tout bonnement un lion couché car son astérisme est certainement un des seules qui évoque le mieux ce qu’il est censé représenter.

Wolf 359, une étoile proche et fantasque

Dans la constellation du Lion, se trouve la quatrième étoile la plus proche de notre système solaire.(située à 7,8 années-lumière de la Terre),  Wolf 359, le quart de notre Soleil, 1000 fois moins lumineuse que notre Soleil, sa température de surface ne dépasse pas 2900° degrés (Température de surface du Soleil : 6000°degrés) Malgré sa proximité, elle reste invisible à nos yeux car certaines régions de sa surface sont assombries parfois de 40 % par des taches. Taches qui marquent des régions plus froides. Sur notre Soleil, à certaines périodes, on trouve également des taches similaires mais fort heureusement celles-ci n’ont pas d’impact ni sur la luminosité, ni la sur la température de notre planète.

Ce type d’étoiles, que l’on appelle « Naine Rouge » serait de loin le plus répandu et les scientifiques pensent que ces étoiles seraient parfaites pour abriter des planètes habitables autour de sa surface. Mais Wolf 359  est une naine rouge particulière. Sa luminosité varie énormément : Spectaculaires et imprévisibles, ses augmentations de luminosité, fantastiques éruptions, peuvent durer de quelques minutes à quelques heures. La variation d’intensité du spectre est sensible aux rayons X et aux ondes radio. Et si des planètes étaient à sa proximité il serait impossible qu’il puisse se développer une quelconque forme de vie. Mais malgré tout, cette étoile, a inspiré certains auteurs de science-fiction, tel Gene Roddenberry avec sa « bataille de Wolf 359 » épisode du célèbre roman Star Trek) ou encore dans «  Qui a peur de Wolf 359 » de De Ken Macleo.

Le triplet du Lion

Pour les amateurs du ciel profond, munis d’un télescope, le Lion est riche de galaxies, en particulier, le couple M65 et M66, situées dans le quart arrière de l’astérisme. Ces 2 galaxies jumelles et spirales sont visibles même avec un petit instrument. Elles apparaissent allongées car elles sont vues par la tranche. La galaxie NGC* 3628 ou plus familièrement la galaxie du Hamburger complète le triplet et est aussi une galaxie spirale, proche des 2 précédentes. Son surnom lui vient sans-doute de son énorme excroissance (épaisseur : 300 000 années-lumière) due à la force des marées. Cette galaxie fut découverte en 1784 par le célèbre musicien et astronome William Herschel (1738-1822) à qui l’on doit également celle de la planète Uranus et de nombreux autres objets célestes. M65, M66 et NGC 3628 forme ce que l’on appelle un amas de galaxies. Ces groupes de galaxies « archipels d’étoiles », relativement proches, liées entre elles par la gravitation sont connues sous l’appellation le «Triplet du Lion.

Galaxie NGC3628 dite du Hanburger

Les Léonides

 

Chaque année mi-novembre, la traversée par la Terre des résidus laissés dans l’espace par la comète Tempel-Tuttle provoque une pluie  d’étoiles filantes. Toutes ces étoiles semblent provenir d’une même région, celle de la constellation du Lion, (constellation qui par ailleurs, a cette saison, a disparu de la portion du ciel visible) d’où le nom de « Léonides ». Mais cette provenance n’est en réalité qu’un effet d’optique comme nous le mentionnions dans notre article de blog Etoiles filantes : Légende et réalité.

Un pulsar Caméléon

Un objet particulier a été également détecté dans la région de la constellation du Lion : Un « pulsar caméléon » ! Si  depuis de nombreuses années, les scientifiques étudient ces objets célestes que sont les pulsars, ces étoiles à neutrons tournant très vite sur elles-mêmes, ces astronomes sont aujourd’hui confrontés un autre type de pulsar dont le rythme est moins régulier dans l’intensité de ses pulsations et surprend par la variation de certains de ses signaux. Ces caractéristiques expliqueraient ce qualificatif de « Caméléon ». Les chercheurs de l’Observatoire de Paris et ceux de l’Université d’Orléans font partie de ceux qui sont intrigués par ce pulsar. Pour en savoir plus : https://www.obspm.fr/le-pulsar-cameleon-etonne-les-astronomes.html

Le ciel est lui aussi caméléon. À chaque saison, il nous offre de nouvelles constellations. Alors profitez des nuits moins fraiches d’avril pour admirer celle du Lion.

Bonne observation


*. Le zodiaque comprend les 13 constellations qui sont traversées par l’écliptique : les Poissons (Pisces), le Bélier (Aries), le Taureau (Taurus), les Gémeaux (Gemini), le Cancer (Cancer), le Lion (Leo), la Vierge (Virgo), la Balance (Libra), le Scorpion (Scorpius), le Porteur de Serpents (Ophiuchus) qu’on nomme parfois le Serpentaire, le Sagittaire (Sagittarius), le Capricorne (Capricornus) et le Verseau
*UA : Unité astronomique (1 UA  = 149 millions de km) : l’unité de longueur  principalement utilisée pour exprimer les distances entre les objets célestes du Système solaire ainsi qu’entre ceux situés dans d’autres systèmes planétaires. Elle est historiquement basée sur la distance entre la Terre et le Soleil et a été créée en 1958. (définition wikipédia )
* Copernic (1473-1543), astronome polonais, développeur et faire valoir de la théorie de l’héliocentrisme (le Soleil est au centre de l’Univers, la Terre tournant autour de lui) remettant en cause celle du géocentrisme (le Soleil tourne autour de la Terre, immobile)
*NGC (New General Catalogue of Nebulae and Clusters of Stars) : Nouveau catalogue général astronomique où sont répertoriés les nébuleuses, les amas d’étoiles et les galaxies.
Parlez du Pôle des étoiles à vos amis, partagez cette page !

Carte de la lune


Carte de la lune

NASA Mars Trek


Mars Trek

Pôle des Etoiles de Nançay


Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies J'accepte