Suivez-nous : Facebook Twitter Google Plus

Immersive Exercise – réalité virtuelle sur l’ISS


Classé dans : Toutes les nouvelles du ciel

A bien y regarder, les activités des astronautes à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS) ne sont pas tellement différentes des nôtres sur Terre. Ils dorment, mangent, travaillent et font même du sport… le tout en micropesanteur, certes. La différence est là et elle n’est pas des moindres !

L’ISS chutant continuellement vers notre planète, les astronautes qui y résident flottent d’une certaine manière, en permanence.  Même si cela peut sembler sympathique au premier abord, la micropesanteur a des effets désastreux sur le corps humain. Par exemple, la perte de masse musculaire et osseuse, l’affaiblissement du cœur, les troubles de la circulation sanguine etc. Jusqu’à 20% de la masse osseuse peut être perdue en seulement 6 mois alors qu’il faudra plusieurs années à l’astronaute, à son retour sur Terre, pour la récupérer et peut-être même pas totalement. Le corps humain vieillit en vitesse accélérée lorsqu’il se trouve en micropesanteur. Pour pallier ces effets, les astronautes à bord de l’ISS ont l’obligation de pratiquer 2h de sport par jour. Tapis roulant, vélo ergomètre ou encore machine d’entrainement résistif, nos sportifs de l’espace ont les équipements adaptés et des harnais bien entendu, les rattachant à la machine utilisée.

 

Crédit ESA

Un casque pour motiver les sportifs de l’ISS

Seulement, faire un footing ou du vélo sur Terre, en profitant du paysage, ce n’est pas possible à bord de la Station Spatiale ! Pas très motivant donc… et pourtant, encore une fois, ces heures de sport sont absolument nécessaires aux astronautes. C’est donc ici que la réalité virtuelle intervient ! (Abrégé en « VR », virtual reality en anglais). S’il n’est pas possible de faire un aller-retour ISS/Paris pour faire du vélo, on peut à la place intégrer une partie de Paris dans un casque VR ! Deux expériences ont ainsi été embarquées pour la mission Alpha. L’une d’elle se nomme « Immersive Exercice ». L’astronaute devient alors cycliste dans les rues de Paris (parcours réalisé à la demande de Thomas), proche de Marseille ou encore à Saint-Pétersbourg.

 

Images ESA – séance de musculation sur l’ISS

 

Un décor immersif qui demande des efforts aux astronautes de l’ISS

L’expérience est particulièrement immersive car, outre sa vision à 360°, des capteurs de cadence sont également installés sur les pédales pour que l’astronaute « ressente » en plus de « voir ». Suivant son rythme, le film se diffuse plus ou moins vite comme s’il accélérait ou ralentissait « pour de vrai ». La séance de sport devient alors plus stimulante, plus motivante et surtout plus réelle. En plus d’apporter un certain confort psychologique à l’astronaute sur le moment, divertissant sa séance, cela contribuera à améliorer sa qualité de vie à bord de la Station et par extension, la qualité et l’efficacité de son travail. Il ne faut en effet pas sous-estimer l’impact psychologique, particulièrement si le futur de l’exploration spatiale humaine a pour objectif d’aller de plus en plus loin, avec des missions habitées vers la Lune et pourquoi pas un jour vers la planète Mars.

Y’aurait- t’il un « pilote virtuel » sur l’ISS ?

L’autre expérience VR se nomme Pilote et permet d’entrainer les astronautes à piloter un engin à distance en étudiant notamment les zones du cerveau sollicitées. Il s’agit ici d’une expérience basée sur les neurosciences, pour lesquelles la VR apporte une aide précieuse. Sur Terre, on utilise également des dispositifs de réalité virtuelle dans divers domaines de médecine. Nous pouvons citer par exemple la prévention de la maladie d’Alzheimer et même la rééducation des patients paraplégiques (projet «The Walk Again Neurorehabilitation»).

Le casque embarqué par Thomas Pesquet est un Oculus Quest et le dispositif utilisé est une version « spatiale » spécialement développée par la start-up française Fit immersion, initialement destinée aux salles de sport (un petit surcroit de motivation est toujours nécessaire, que l’on soit sur Terre ou dans l’espace !).

Mais le fonctionnement des casques VR se base sur l’attraction terrestre, via des capteurs qui reconnaissent l’orientation et les mouvements. Un an et plusieurs vols en zéro G ont été nécessaires pour tester les modifications ! Oui, oui, un avion zéro G comme celui, parfois piloté par Thomas Pesquet lui-même. Décidément, le monde est petit.

La réalité virtuelle pour les astronautes mais pas seulement

Thomas Pesquet utilise donc la réalité virtuelle pour revenir sur Terre de temps en temps, depuis l’espace. Ce n’est pas donné à tout le monde ! Mais vous, pourquoi ne pas faire le contraire ? Depuis la Terre,  on utilise la VR pour voyager en-dehors des frontières de notre belle planète bleue. Pourquoi pas vers Mars avec un décollage au Pôle des étoiles ? L’application VR2 Mars développé par une autre start-up française VR2 planets , vous permet d’assister au décollage de la mission InSight vers Mars et à son atterrissage sur le sol de la planète rouge. En prime, vous atterrissez vous aussi sur Mars en chutant à la gravité martienne. La VR a décidément le pouvoir de tromper nos sens !

 

Parlez du Pôle des étoiles à vos amis, partagez cette page !

Carte de la lune


Carte de la lune

NASA Mars Trek


Mars Trek

Pôle des Etoiles de Nançay


J'achète mes billets
TripAdvisor TripAdvisor

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies J'accepte