Suivez-nous : Facebook Twitter Google Plus

Apollo 11 : un voyage extraordinaire !


Classé dans : Missions spatiales Toutes les nouvelles du ciel

 

Dans son roman d’anticipation « De la Terre à la Lune », Jules Verne raconte un incroyable voyage imaginaire vers notre satellite naturel. Visionnaire Jules Verne ? 104 ans plus tard, en 1969, une mission spatiale vers notre satellite baptisée Apollo 11 aboutit aux premiers pas de l’Homme sur la Lune. La réalité dépasse alors la fiction et les points communs entre le livre et la mission Apollo 11 s’avèrent au final saisissants.

Retour sur les moments clé du voyage qui a conduit Niel Armstrong et Buzz Aldrin sur la Lune, sans oublier Michael Collins qui resta en orbite dans le Module de Commande et de Service (CSM).

Le 16 juillet : décollage de Floride pour la mission Apollo 11

A 13h32 (heure UTC) décollage du lanceur Saturn V depuis Cap Canaveral en Floride. Ce lieu de lancement se situe à environ 225 km du site Stone Hill, imaginé par Jules Verne, à proximité de la ville de Tampa qui existe réellement. Après quelques arrêts et allumages des moteurs, on peut noter une manœuvre importante après un peu plus de 3h de vol : le retournement et l’amarrage du Module Lunaire (LM) avec le CSM. Le Module de Commande est aussi appelé Columbia. Petite référence à l’écrivain puisque dans le roman le canon qui propulse le vaisseau spatial se nomme Columbiad.

L’équipe d’Apollo 11 est bien en route vers la Lune.

L’arrivée du projectile à Stone-Hill. Dessinateur : Henri de Montaut

3 jours plus tard, le 19 juillet : le vaisseau s’approche de la Lune

Le 19 juillet à 17h22 l’équipe se retrouve en orbite autour de la Lune. Le vaisseau Apollo 11 effectue donc un trajet Terre-Lune de 3 jours. Encore une fois, similitude avec le titre de l’œuvre qui indique De la Terre à la Lune, trajet direct en 97 heures 20 minutes.

Photo du CSM avec la surface lunaire en fond.

Le 20 juillet : une phase d’atterrissage mouvementée

Après 9 révolutions autour de la Lune, Armstrong et Aldrin rejoignent le Module Lunaire Eagle, laissant derrière eux Collins dans Columbia. Au cours du survol de la face cachée (13e révolution), le LM se sépare du CSM à 17h44. L’allumage du moteur permet au LM de descendre vers la surface lunaire. En repassant du côté de la face visible, les communications reprennent et on se rend compte que la trajectoire actuelle engendre un décalage du site d’atterrissage. La saturation de l’ordinateur de bord déclenche 4 alarmes successives, Armstrong passe en pilotage manuel afin d’éviter une zone trop accidentée. Avec le peu de carburant restant (30 secondes de vol possible alors qu’Eagle est à 6 m au-dessus du sol), le LM se pose enfin à 20h17. Le temps de repos prévu initialement permettra en fait la préparation de la sortie en scaphandre.

Photo de la Terre depuis la Lune.

Le 21 juillet : la nuit de l’exploit !

Dépressurisation, ouverture de la porte et Armstrong foule le sol sélène à 2h56, on entend alors « C’est un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité ». Pendant un peu plus de 2 heures, se succèdent prises de vue, pose du réflecteur laser et d’un sismomètre, collecte d’une vingtaine de kilos de roche lunaire.

Pose des instruments scientifiques à la surface de la Lune.

Le décollage n’est pas évident puisque la commande permettant le démarrage du moteur est cassée. Aldrin résout le problème en insérant la pointe de son stylo dans le bouton. Après 4 heures de vol, le LM rejoint le CSM. Collins retrouve alors Armstrong puis Aldrin 25 minutes plus tard.

L’équipage au complet amorce le retour vers la Terre.

Le 24 juillet : un retour sur Terre fracassant pour Apollo 11

A 5 500 km de la Terre, le Module de Service est séparé du Module de Commande où se trouvent les hommes. L’entrée dans l’atmosphère se fait à très grande vitesse, pendant 9 minutes les communications avec le sol sont impossibles. L’ouverture des parachutes permettent de réduire la vitesse de 480 à 280 km/h et enfin l’amerrissage dans l’Océan Pacifique se fait à 16h50.

Récupération de l’équipage par la Navy quelques minutes après le splashdown.

La récupération est effectuée avec le porte-avions USS Hornet. Dans son roman, Jules Verne avait imaginé aussi l’intervention de la Navy via l’USS Susquehanna. D’ailleurs le lieu de chute réel et imaginaire sont distants de seulement 5 450 km.

 

Cette réussite en 1969 marque un tournant dans l’histoire de l’aérospatiale, on compte au total 12 hommes ayant marché sur la Lune.

Le 3 août 2019 : jouer avec la Lune

Lors de la Nuit des Etoiles, vous pourrez participer à un jeu de piste au cœur du village de Nançay. La Lune ayant subit une collision avec un astéroïde, les fragments seront à retrouver ! A la clé, des cadeaux à gagner !

Plein d’autres animations vous attendent lors de cette soirée.

 

Parlez du Pôle des étoiles à vos amis, partagez cette page !

Carte de la lune


Carte de la lune

NASA Mars Trek


Mars Trek

Pôle des Etoiles de Nançay


Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies J'accepte